Gendarme Officier de Police Judiciaire

22 votes : 4.6
Homme ou femme, passionné de justice, avec un bon sens de l'observation et un esprit d'équipe très développé ? Le métier d'Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie Nationale est peut-être fait pour vous. Si vous avez assez de patience pour mener de longues enquêtes, si vous avez à cœur de faire respecter la législation et de protéger les citoyens de la nation et si vous aimez travailler en équipe et sur le terrain, pourquoi ne pas vous engager dans ce métier passionnant qu'est celui de Gendarme Officier de Police Judiciaire ? Après la réussite du concours de Sous-Officier de Gendarmerie et une expérience dans la gendarmerie de 3 années, vous pourrez demander à entrer à l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale qui prépare à ce métier qui vous apportera de nombreuses satisfactions si vous avez la vocation pour cette fonction.

Qu'est-ce qu'un Gendarme Officier de Police Judiciaire ?

 
Le Gendarme Officier de Police Judiciaire est un homme ou une femme qui consacre son temps à faire respecter la justice. Ce militaire formé au droit pénal et aux différents types d'infractions pénales est chargé d'enquêter sur différents crimes et délits. Collecter des preuves et des indices sur les lieux d'un meurtre, faire des perquisitions et des saisies sur des suspects, surveiller des personnes suspectées d'infractions en tous genres, mettre en œuvre tous moyens pour arrêter des trafiquants (œuvres d'art, stupéfiants), etc. font partie du quotidien de ce Gendarme Officier de Police Judiciaire. Agissant sous l'autorité et le contrôle des Magistrats, l'Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie Nationale doit faire preuve de courage, d'esprit d'équipe et de patience pour mener à bien ses enquêtes et encadrer son équipe de Gendarmes.

Les missions du Gendarme Officier de Police Judiciaire

 

Qualités requises pour devenir Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie

 
Les qualités requises pour devenir Gendarme Officier de Police Judiciaire sont, pour certaines, communes aux autres métiers de la Gendarmerie : disponibilité, sens de l'engagement, esprit d'équipe, courage, respect de la hiérarchie, devoir de réserve.
 
On demandera aussi au Gendarme Officier de Police Judiciaire d'avoir du sang-froid, d'être à l'écoute et de savoir jauger son vis-à-vis lors des interrogatoires (sens de l'observation, discernement, etc.), d'être patient, de savoir encadrer une équipe de Gendarmes, de savoir réagir rapidement (disponibilité).
 
Pour devenir Gendarme Officier de Police Judiciaire, il est aussi impératif d'avoir le permis B, car les déplacements dans cette fonction sont nombreux.
 
La connaissance d'au moins une langue étrangère est un plus car certaines enquêtes peuvent sortir du cadre national et la coopération avec des pays frontaliers peut nécessiter de parler une langue étrangère.
 
L'OPJ doit impérativement avoir un casier judiciaire vierge.

Horaires de travail

 
Il est peu de métiers dans la Gendarmerie Nationale qui n'entrainent pas de faire certaines heures de travail les jours fériés et les week-ends. Le militaire qui s'engage dans la Gendarmerie est donc disposé à travailler hors temps de travail et à se rendre disponible pour les besoins de son métier. C'est le cas pour le Gendarme Officier de Police Judiciaire car une enquête urgente peut nécessiter des heures de jour et de nuit, une disponibilité certains week-ends ou lors de jours fériés surtout lorsqu'il y a une opération de filature d'un individu ou d'un groupe de personnes suspects.

Les missions principales du Gendarme Officier de Police Judiciaire

 
Le Gendarme Officier de Police Judiciaire pourra mener plusieurs missions. Celles-ci, très diversifiées rendent le métier très varié. Il travaille sous l'autorité et le contrôle de magistrats.
 
Ces missions sont notamment de lutter contre le crime et les infractions en tous genres (vols, agressions, meurtres, escroqueries, trafics de toutes sortes, etc.). Pour ce faire, il devra par exemple :
 
  • Faire des contrôles d'identité sur la voie publique en cas de suspicion de danger ;
  • Collecter les plaintes et/ou dénonciations sur les crimes et délits (exemple : noter la plainte d'une personne qui s'est fait agressée dans la rue et le descriptif de l'agresseur) ;
  • Faire le constat de crimes/délits par ses propres moyens (patrouilles, etc.) ;
  • Enquêter selon les procédures enseignées durant sa formation (collecte de preuves, filature, etc.) après relevé d'infractions ou à la demande du Procureur de la République ;
  • Faire des perquisitions aux domiciles de suspects en suivant la procédure ;
  • Faire des saisies sur des suspects ;
  • Mener des interrogatoires avec des suspects en garde à vue ;
  • Mener toutes les actions de lutte contre le trafic, que ce soit le trafic de biens publics comme les œuvres d'art ou le trafic de stupéfiants.
Le Gendarme OPJ peut exercer des missions complémentaires selon l'unité à laquelle il est rattaché.
 
Il peut travailler notamment dans :
 
  • Une Brigade de Recherche (BR) qui mène surtout des enquêtes locales liées à la petite délinquance ;
  • Une Section de Recherche (SR) qui s'occupe de crimes et grande délinquance ;
  • Un Groupe d'Intervention Régional (GIR) qui s'occupe également de meurtres et grande délinquance ;
  • Un Groupe d'Observation et de Surveillance (GOS) qui mène des actions de surveillance (planques, écoutes, etc.) pour les unités de recherche.
  • Une unité centrale de la Gendarmerie Nationale : il est alors rattaché à son institut de recherche criminelle, l'office central de lutte contre les atteintes à l'environnement ou la santé publique, le service technique des renseignements judiciaires, ou l'office central de lutte contre le travail illégal, etc.

Gendarmes Officiers de Police Judiciaire : quels effectifs ?

 
La Gendarmerie occupe 40 % de son temps de travail dans le domaine de la Police Judiciaire. Pour répondre à cet impératif, elle dispose d'un effectif conséquent et notamment :
 
  • 27 000 gendarmes Officiers de Police Judiciaire (OPJ) ;
  • 30 000 gendarmes Agent de Police Judiciaire (APJ).
 
Si la profession compte essentiellement des hommes, ces emplois sont ouverts aux femmes.
 
La Gendarmerie Nationale, pour lutter contre l'insécurité et les diverses formes de criminalité (vols, escroqueries, cambriolages, meurtres, trafics de stupéfiants, etc.) se fait seconder par des spécialistes des unités de recherches (les BR et SR) et ceux du Pôle Judiciaire de la Gendarmerie Nationale (PJGN) de Pontoise.

Tenue et équipements de l'Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie

 

Tenue du Gendarme Officier de la Police Judiciaire

 
Le Gendarme OPJ porte une tenue réglementaire formée d'une veste bleue et noire, d'un pantalon bleu sombre, d'un polo à manches courtes de couleur bleu ciel. En hiver, le polo est à manche longue et il porte une veste polaire. Il est équipé de chaussures montantes souples et tout terrain, de style rangers.
 
Il porte aussi l'insigne de son grade d'Officier de Police Judiciaire.
 
Lorsque certaines de ses missions exigent de ne pas se faire repérer (exemple : travail de filature pour une unité de recherche), il pourra porter une tenue civile. Pour certaines missions liées à des enquêtes sur les lieux d'un crime par exemple, il devra revêtir une combinaison blanche pour ne pas effacer les empreintes et autres indices sur le lieu d'un meurtre.

Equipements du Gendarme Officier de Police Judiciaire (armes, véhicule)

 
Le Gendarme OPJ est équipé en armes. Celles-ci varient selon ses missions mais sont en général de deux types : armes non-létales et létales. Ce sera notamment :
 
  • Le bâton télescopique de protection ;
  • Le Taser,
  • Des grenades,
  • Le pistolet,
  • Fusil selon les missions,
  • Etc.
Côté véhicule, le Gendarme OPJ se déplace souvent sur les lieux des enquêtes et il a, à sa disposition un véhicule de gendarmerie. Cependant, ce véhicule de service peut être remplacé par une voiture banalisée pour certaines opérations de surveillance et filatures.

Formation, concours : tout ce qu'il faut savoir pour devenir Gendarme Officier de Police Judiciaire

 

Conditions pour se présenter comme Gendarme Officier de Police Judiciaire

 
Vous avez la vocation et le sens de l'engagement ? Vous rêvez de devenir Gendarme Officier de Police Judiciaire ?
 
La première étape est de vous présenter au concours de Sous-Officier de la Gendarmerie (concours SOG). Cette première étape doit se préparer avec rigueur et discipline, deux qualités essentielles au futur Gendarme que vous allez devenir !
 
Le principe du concours étant de sélectionner les meilleurs candidats pour les places à pourvoir, il est donc essentiel de bien vous préparer à ce concours et le travail seul avec des livres n'est pas suffisant. Il faut un appui pédagogique et l'entraînement personnalisé prévu par des écoles de formation spécialisées dans ces types de concours qui demandent à la fois des connaissances mais aussi une forte réactivité, puisque la plupart des épreuves sont chronométrées (y compris les épreuves sportives).
 
Si vous avez su bien vous préparer, vous réussirez ce concours de SOG. Après cette étape, vous passerez 3 ans minimum dans un service de la Gendarmerie Nationale et pourrez alors demander à entrer à l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale de Melun (77).
 
Cette école (EOGN) vous prépare ensuite au concours d'Officier de Police Judiciaire si vous répondez bien à tous les critères requis à savoir :
 
  • Avoir effectué 3 ans de service au sein de la Gendarmerie Nationale ;
  • Etre volontaire pour devenir Gendarme OPJ ;
  • Etre en service actif,
  • Avoir un casier judiciaire vierge et ne pas avoir commis de manquements à l'honneur, aux bonnes meurs et à la probité au moment de la demande et au cours des 2 années civiles qui ont précédé ;
  • N'être ni affecté à l'étranger, ni détaché.
L'examen technique d'OPJ ne peut être représenté plus de 4 fois.
 
Il faudra aussi justifier de l'aptitude du candidat à l'encadrement d'une équipe. Ceci est généralement prévu puisque la hiérarchie du candidat lui établit un avis en ce sens lorsqu'il fait sa demande de formation OPJ. L'esprit d'initiative, la capacité d'encadrer une équipe, les qualités requises pour le futur poste sont donc validées par le commandement actuel du candidat qui postule au concours OPJ.

Quelle formation ?

 
Présélection de l'Ecole des Officiers de la Gendarmerie Nationale
 
Tout candidat désireux de devenir Gendarme Officier de Police Judiciaire doit d'abord réussir le concours d'entrée pour être admis à l'EOGN de Melun.
 
Formation de l'EOGN de Melun pendant 14 mois
 
S'il est admis, le candidat va suivre une formation en alternance pendant 14 mois. Il continue donc ses activités au sein de son unité d'affectation et est formé à l'école en alternance sur les spécificités théoriques et pratiques de la police judiciaire. Des connaissances juridiques pointues liées au métier doivent être bien acquises et le candidat dispose de période de formation et de période sans travail pour assimiler ses études. Cependant, il continue d'exercer le reste du temps son activité.
 
Examen technique national d'Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie
 
Cette fois, il ne s'agit pas d'un concours où les meilleurs sont admis avec des quotas de place. L'examen technique national OPJ repose sur la réussite de l'examen annuel au cours duquel le candidat sera évalué essentiellement sur ses connaissances en droit et procédures pénales.
 
Le Gendarme qui réussit cet examen peut obtenir le Grade d'OPJ.
 
En cas d'échec, le candidat peut recommencer et préparer l'examen une nouvelle fois (et jusqu'à 4 fois).
 
Cas particulier pour devenir Gendarme OPJ
 
Il peut arriver que le candidat ne soit pas tenu d'effectuer la formation ci-dessus. Même si cela est rare, un Gendarme Sous-Officier ayant effectué 3 ans de bons et loyaux services dans son unité pourra être désigné Officier de Police Judiciaire, après avis en commission, par le Ministre de l'Intérieur et le Ministre de la Justice (validation par arrêté conjoint).
 
Cette promotion, sans avoir besoin de passer les examens techniques, est cependant rare et seulement décernée à un élément qui a fait ses preuves dans une mission ayant nécessité un courage hors pair.

Quel statut et quelle évolution de carrière pour l'Officier de Police Judiciaire de la Gendarmerie ?

 

Statut et rémunération du Gendarme OPJ

 
Le statut du Gendarme Officier de Police Judiciaire est celui de Fonctionnaire d'Etat de la catégorie A (filière police, sécurité, armée).
 
Ce militaire est rémunéré sur le principe des grilles de salaire de la fonction publique qui s'appliquent à tous. En montant en grades, il pourra aussi augmenter ses revenus. Le Gendarme OPJ dispose par ailleurs d'un logement de fonction gratuit.
 
Son salaire en début de carrière est de 1 600 euros nets par mois. S'il a réussi l'examen d'OPJ, il bénéficie également d'une prime mensuelle en rapport avec ses nouvelles responsabilités (en région parisienne, le salaire de départ est de 1 800 euros nets par mois).

Perspectives d'évolution de carrière pour le Gendarme OPJ


Le Gendarme Officier de Police Judiciaire peut évoluer dans son métier et pourra prétendre à un salaire tournant autour de 3 200 euros nets mensuels en fin de carrière.
 
Il peut travailler dans des unités différentes pour changer de domaines d'intervention (exemple : passer de l'investigation à la surveillance).
 
Au sein de son métier, il peut changer de grade et gagner plus soit par voie de concours internes, soit en étant promu par ses supérieurs.
 
Il peut se spécialiser dans la délinquance économique et financière ou faire une formation complémentaire pour devenir gendarme enquêteur subaquatique ou encore devenir Gendarme du GIGN (Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale).
JE SOUHAITE DEVENIR GENDARME
Complétez le formulaire ci-dessous et obtenez gratuitement toutes les informations pour savoir comment accéder aux différents métiers de la gendarmerie.
* Informations obligatoires
Utilisation des données personnelles
En validant ce formulaire, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées par le GIE EDUNEO (responsable du traitement) et ses membres ou partenaires pour vous contacter par mail et/ou téléphone afin de vous transmettre des propositions commerciales sur les formations de votre choix. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et exercer vos droits, cunsultez cette page.