Devenir Gendarme du GIGN

31 votes : 4.3
Exfiltration d'otages, neutralisation d'un forcené, lutte contre le terrorisme et le grand banditisme, le GIGN intervient sur tous les fronts et souvent sur des théâtres d'une grande dangerosité. Les membres de cette unité d'élite, triés sur le volet, sont formés avant leur recrutement et tout au long de leur carrière pour assurer les meilleures performances possibles dans les conditions les plus extrêmes. Intégrer le GIGN, c'est faire preuve d'engagement, de courage, d'esprit d'équipe et de sang-froid. Ce métier passionnant reste très sélectif et tout candidat, même avec une bonne condition physique, devra se montrer à la hauteur d'une unité internationalement renommée de la Gendarmerie Nationale. 0

Qu'est-ce qu'un Gendarme du GIGN ?

 
Devenir Gendarme du GIGN – Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale – c'est intégrer une unité d'élite qui a pour but la gestion de crises et la protection des intérêts vitaux de la France. Mobile et très organisé, le Gendarme du GIGN est entrainé quotidiennement pour intervenir sur terre, en mer ou dans les airs. Agissant en France ou à l'étranger, ses domaines d'intervention sont surtout le terrorisme et le grand banditisme. Protégé par l'anonymat, le Gendarme du GIGN s'expose constamment à tous les risques et doit pouvoir intervenir en cas d'urgence en moins de 30 minutes. Doté d'une excellente forme physique et d'un courage incomparable, le Gendarme du GIGN agit dans un groupe où chaque individu est garant de la sécurité des autres Gendarmes. La cohésion du groupe n'a d'égale que la qualité technique reconnue internationalement, fruit d'un entrainement rigoureux quotidien où le Gendarme du GIGN est formé pour faire face à toute situation avec efficacité et courage.

Les missions du Gendarme du GIGN

 

Qualités requises pour devenir Gendarme du GIGN

 
En tant que membre d'une élite, le Gendarme du GIGN, homme ou femme engagé pour son métier, doit avoir de nombreuses qualités à la fois physiques et mentales et un esprit de cohésion et d'engagement pour son pays.
 
On pourra citer notamment :
 
  • Une excellente condition physique incluant non seulement des aptitudes pour les divers parcours et les terrains auxquels ils sont confrontés, mais aussi une bonne vue et une bonne ouïe, les deux étant d'ailleurs contrôlées par examen médical.
  • Du courage pour les exercices physiques et les situations périlleuses qui peuvent se présenter à eux. La résistance au stress est nécessaire pour faire face à toutes les situations et il ne faut évidemment pas manquer de sang-froid ;
  • L'esprit d'équipe est indispensable dans ce type d'unité d'élite où chacun a pour mission de se protéger et de protéger les autres membres de l'unité lors de chaque intervention ;
  • Un bon sens de la communication et d'organisation pour toutes les missions ;
  • Une disponibilité car les interventions peuvent être longues et le Gendarme du GIGN ne doit pas compter ses heures s'il veut s'impliquer dans le métier ;
  • Les compétences techniques sont également nécessaires car le Gendarme du GIGN doit avoir acquis une certaine expertise dans le maniement de son arme pour ne pas manquer sa cible.
Notons que l'aptitude physique est contrôlée chaque jour et améliorée par un entraînement de pointe effectué quotidiennement incluant par exemple, une marche commando, des sauts du haut d'un pont ou d'un immeuble, des séquences d'observation ou des exercices de natation avec les pieds et mains entravés, des sports de combat, etc.
 
Les compétences techniques du Gendarme du GIGN sont incomparables. Fort d'un entraînement quotidien et stricte, ce militaire est un tireur d'élite hors-pair ayant la capacité notamment de neutraliser n'importe quelle cible jusqu'à 400 mètres sans la tuer. Les missions du Gendarme du GIGN

Horaires de travail

 
Le métier de Gendarme du GIGN est un métier qui peut impliquer la mobilité sur certaines missions et une grande disponibilité dans le quotidien. Le Gendarme du GIGN travaille souvent les week-ends ou les jours fériés en fonction de l'exigence des missions.

Histoire du GIGN et organisation

 
Créé en 1974, le Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale est alors constitué du :
 
  • GIGN 1 situé à Maisons-Alfort (94), entité de l'ECRI (Equipe Commando Régionale d'Intervention) de la Gendarmerie Mobile,
  • GIGN 4 situé à Mont-de-Marsan (40) rattaché à l'escadron 9/11 de parachutisme de la Gendarmerie.
1976 voit le regroupement de ces deux unités et le GIGN est alors transposé à Versailles dès 1983. En 1984, face aux actions antiterrorismes à engager, l'unité se réorganise pour aboutir à une réforme de taille en 2007. Le GIGN remodelé au 1er septembre 2007 va regrouper :
 
  • L'EPIGN (Escadron Parachutiste d'Intervention de la Gendarmerie Nationale) ;
  • Le détachement de gendarmerie du GSPR (Groupe de Sécurité de la Présidence de la République) ;
  • Le GISA (Groupe d'Instruction et de Sécurité des Activités).
Le GIGN intervient tant en France qu'à l'étranger pour assurer la sécurité des personnes. L'intervention du 26 décembre 1994 reste dans les mémoires et on se rappelle la libération des otages organisée à l'aéroport de Marseille-Marignane et leur restitution sains et saufs à la sortie du vol AF 8969.
 
Ces opérations d'envergures menées face à des situations de crise et à des menaces terroristes constituent le cœur de métier du Gendarme du GIGN dont la devise est « s'engager pour la vie ».
L'organisation du GIGN est complétée par cinq forces :
 
  • La Force de Sécurité et de Protection (FSP) assure la protection des individus et des sites en cas de menace terroriste ;
  • La Force d'Intervention (FI) est spécialisée en lutte contre le terrorisme et en libération d'otages ;
  • La Force d'Observation et de Recherche (FOR) exerce des missions de renseignement pour lutter contre le grand banditisme et le terrorisme ;
  • La Force de Formation qui va prendre en charge la formation des effectifs intégrant le GIGN ;
  • La Force d'Appui Opérationnel (FAO) apporte un appui technique et logistique au GIGN lors d'opérations et met à disposition ses différents moyens d'interventions regroupés sous différentes sections :
o La section des "Moyens Spéciaux" :
Elle met à disposition des moyens techniques ultra-perfectionnés pour la réussite des missions comme par exemple : mini-drône, mini-robot-caméra, des micros et lunettes spéciales…
 
o La cellule des "Tirs Spéciaux" :
Les armes d'interventions sont très techniques et pointues. On y trouve 60 modèles pour le tir à longue distance, et les tireurs d'élites apprennent à manier avec aisance des fusils Accuracy International AW.
 
o La cellule dite "Effraction chaude" :
C'est un groupe constitué d'anciens opérationnels appelés en intervention pour aider dans les missions. Ils sont appelés pour placer des explosifs et faciliter le passage des lieux lors d'assauts.
 
o La section "Cynophile" :
Elle dispose de chiens entrainés pour les missions spéciales. Les chiens, des bergers belges Malinois, tout comme les hommes, sont entrainés pour agir en toute circonstance et dans des conditions extrêmes.
 
Une autre force, le GSPR (Groupe de Sécurité de la Présidence de la République) est dédiée à la protection du chef de l'Etat de la France et d'autres personnalités de la politique.

Les missions principales du Gendarme du GIGN

 
Les missions d'un Gendarme du GIGN peuvent varier en fonction de la force à laquelle ils sont rattachés et les missions d'intervention pour lesquelles ils sont appelés mais globalement, on pourra citer notamment les actions suivantes :
 
  • Négociations et libération d'otages ;
  • Négociations lors d'enlèvements de personnes ;
  • Négociations et neutralisation de forcenés retranchés ;
  • Actions menant à l'arrestation de terroristes ou de criminels de guerre ;
  • Arrestation de figures du grand banditisme ;
  • Protection rapprochée (personnalités, chefs d'Etats, ambassades…) ;
  • Recherche de renseignements ;
  • Etc.
Selon sa nature, une mission peut être courte (quelques heures ou quelques minutes) ou longue (plusieurs semaines). Dans le premier cas, on peut citer un assaut pour extraire un forcené et dans le deuxième cas, une recherche de renseignements, la surveillance d'un individu recherché en vue de son arrestation.
 
Chaque mission, surtout lorsqu'elle entraine des risques pour les individus en mission et les civils aux abords, est parfaitement organisée et la mise en sécurité du secteur est prévue pour éviter minutieusement tous les risques au cours d'une intervention ou d'un assaut.

L'entrainement quotidien du Gendarme du GIGN

 
Pour assurer aux mieux ses missions, le Gendarme du GIGN inclut nécessairement dans son emploi du temps un entraînement physique quotidien, dès lors qu'il n'est pas en mission à l'extérieur. Cet entraînement, véritable « parcours du combattant » se compose généralement :
 
  • De 1500 sauts / an (ouverture libre) et 6000 sauts / an (chute libre) en moyenne pour les parachutistes ;
  • Du sport de combat ;
  • Des marches commando et des courses à pieds,
  • De la musculation ;
  • Des exercices d'endurance ;
  • Des exercices de natation ;
  • Du vélo ;
  • De l'escalade en rappel
  • Des exercices de maîtrise d'armes (entrainement aux tirs et utilisation de 100 cartouches par jour pour l'entrainement).
  • Selon les forces concernées, l'entraînement peut inclure l'utilisation maîtrisée de tel ou tel matériel et/ou véhicule ;
  • Des entraînements collectifs pour la maitrise des actions antiterroristes.
Les entraînements sont toujours destinés à apprendre au Gendarme du GIGN à neutraliser tout adversaire sans tuer. L'entrainement quotidien du Gendarme du GIGN

Gendarme du GIGN : quels effectifs ?

 
Composé d'un effectif d'environ 400 hommes et femmes, le GIGN regroupe des éléments ayant un statut de sous-officier ou d'officier. Il est divisé en 3 Etats-majors :
 
  • L'état-major de commandement ;
  • L'état-major opérationnel (EMOPS) ;
  • L'état-major de soutien.
Le GIGN, bien qu'ouvert aux femmes, reste un milieu composé principalement d'hommes. De plus, les places lors des recrutements sont peu nombreuses, et seuls les candidats de bon niveau et ayant déjà les compétences pour faire face à des épreuves sportives très difficiles peuvent s'y faire une place.

Tenue et équipements du Gendarme du GIGN

 

Tenue du Gendarme du GIGN

 
La tenue du Gendarme du GIGN doit allier le confort, la résistance et des qualités de camouflage. Elle pourra différer selon les types de missions et l'environnement dans lequel s'effectue la mission.
 
La combinaison de camouflage, le treillis est souvent la tenue portée par les tireurs d'élite pour se confondre dans leur environnement. Mais s'il doit intervenir en montagne, ou sous la neige hivernale, le Gendarme du GIGN peut aussi avoir à sa disposition une combinaison blanche qui lui permet de passer inaperçu dans le décor.
 
La combinaison bleu marine est souvent employée pour les interventions en milieu urbain. Il existe aussi un uniforme traditionnel de Gendarme du GIGN orné de galons et d'un écusson du GIGN. L'écusson se présente avec un rond bleu et un parachute : il rappelle que les Gendarmes du GIGN interviennent sur tous les terrains (air, mer, terre).

Equipements du Gendarme du GIGN

 
Le Groupe d'Intervention de la Gendarmerie Nationale est l'un des plus lourdement armé, ce qui répond aux exigences des missions qui lui sont confiées.
 
En termes d'équipement et d'armes, on pourra citer notamment :
 
  • Le bouclier de protection (22 kg) ;
  • Le casque avec visière pare-balles (4 kg) ;
  • Le gilet pare-balles (14 kg).
Bien sûr, chaque force dispose de l'équipement spécifique qui la concerne selon le terrain d'intervention (parachutes pour les interventions aériennes, combinaison de plongée pour les interventions subaquatiques, appareils de plongée en circuits fermés pour éviter tout repérage, lors de missions en milieu subaquatique, etc.). Equipements du Gendarme du GIGN

Formation, concours : tout ce qu'il faut savoir pour devenir Gendarme du GIGN

 

Conditions pour se présenter comme gendarme du GIGN

 
Futur candidat, vous devrez obligatoirement remplir les conditions suivantes pour devenir gendarme du GIGN :
 
  • Avoir moins de 32 ans lors de votre intégration,
  • Etre déjà membre de la Gendarmerie Nationale en tant que Sous-officier de Gendarmerie ou Officier de Gendarmerie ;
  • Exercer dans ces grades depuis au moins 4 années.
  • Avoir une condition physique excellente.
En tant que candidat externe, vous devez dès à présent vous présenter au concours externe de Sous-officier de gendarmerie (niveau Bac) et vous pourrez, par la suite et après expérience, demander votre affectation en tant que Gendarme du GIGN.
 
Si vous n'avez pas de diplôme, vous pouvez néanmoins intégrer la Gendarmerie Nationale en qualité de Gendarme Adjoint Volontaire. Des concours internes sont organisés régulièrement pour permettre à tout candidat motivé d'évoluer vers le poste et le grade de son choix.
 
Préparez-vous avec soin aux concours de la Gendarmerie Nationale car les épreuves sont sélectives et se font en situation chronométrée pour la plupart (épreuves théoriques et pratiques). Loin d'être faciles, ces épreuves nécessitent un travail personnel en amont qui sera plus profitable si vous vous préparez avec une école spécialisée ou un cours par correspondance avec suivi personnalisé de l'élève.
 
Rappelez-vous que le nombre de place à chaque concours est limité et que mieux vous êtes préparé, plus rapide sera votre intégration dans la Gendarmerie Nationale.

Les épreuves de sélection pour intégrer le GIGN

 
Si vous remplissez les conditions d'admissibilité et avez une forte motivation pour le métier de Gendarme du GIGN, sachez qu'il vous faudra aussi remplir d'autres conditions : avoir une bonne condition physique et psychologique, incluant une très bonne vue et une bonne ouïe et validés par un avis médical, mais aussi être apte dans les pratiques physiques demandées dans l'exercice du métier (exemple : parachutisme).
 
Sélection : une semaine pour faire vos preuves
 
Chaque année, il y a 2 sessions de recrutement. Elles sont strictes et sélectives pour ne garder que les meilleurs. Vous passez alors :
 
  • Des épreuves individuelles et des épreuves de groupe ;
  • Des entretiens et tests écrits destinés à évaluer votre personnalité ;
  • Des épreuves de mise en situation pour évaluer votre self-control, votre capacité à réagir, votre courage, votre sang-froid ;
  • Des épreuves sportives.
Ces épreuves ne sont jamais connues à l'avance et rien ne peut fuiter étant donné que les épreuves changent à chaque session. L'objectif est toujours de ne garder que les meilleurs éléments pour cette unité d'élites.
 
Ces quelques exemples sont donc purement indicatifs et non fixes. Ils vous donneront toutefois une idée des épreuves de cette semaine de sélection :
 
  • Participer à une marche commando (environ 10 km) avec un sac à dos de 11 kg ;
  • Faire des exercices physiques chronométrés (réaliser une séquence avec abdominaux, pompes, tractions, etc.) ;
  • Grimper à une corde à la force des bras en un minimum de temps ;
  • Répondre à un questionnaire sur la Gendarmerie Nationale et le GIGN (connaissances théoriques) ;
  • Exécuter un parcours d'obstacles chronométré ;
  • Contrôle sur des tirs au FAMAS et pistolet automatique sur cible ;
  • Faire des recherches de renseignements,
  • Faire des exercices de mémorisation et faire les mêmes exercices dans une pièce remplie de gaz lacrymogène ;
  • Réussir un parcours complet dans le noir total ;
  • Etre capable de sauter d'un pont de plusieurs mètres ;
  • Réussir le parcours du combattant ;
  • Savoir parler de ses motivations à intégrer le GIGN ;
  • Etc.
Un candidat peut parfois s'apercevoir que les exercices sont trop difficiles et abandonner à ce stade. En revanche, si tout se passe bien, le candidat est ensuite admis en pré-stage pour une durée de 3 mois.

Quelle formation ?

 
Le pré-stage de 3 mois
 
L'évaluation n'est pas terminée et il faut au candidat continuer à donner le meilleur de lui-même au cours de ce pré-stage où il sera évalué chaque jour. Il sera notamment noté sur ses performances et son endurance mais aussi sur sa capacité d'adaptation en toutes circonstances, même les plus extrêmes.
 
Il continue, durant cette période, son perfectionnement au tir. La formation englobe aussi l'exercice et l'entraînement aux sports de combats et aux sports extrêmes.

La formation de 8 mois

 
Il faut encore 8 mois au Gendarme pour intégrer toutes les pratiques de son métier et connaître parfaitement toutes les spécialités et les méthodes utilisées par le GIGN lors de ses missions.
 
En fin de formation, le Gendarme reçoit un brevet du GIGN. Chaque nouveau membre commence par entrer dans la FI (Force d'Intervention). Après 3 années de pratique et d'expérience dans cette force, il lui sera possible d'intégrer une autre force.
 

Quel statut et quelle évolution de carrière pour le Gendarme du GIGN ?

 

Statut et rémunération du Gendarme du GIGN

 
Le Gendarme du GIGN a le statut de fonctionnaire d'Etat de la catégorie B pour un Sous-officier ou de la catégorie A pour un Officier. C'est un militaire qui est rattaché à la filière police sécurité armée.
 
La rémunération d'un Gendarme du GIGN tourne en moyenne à 1 197 euros nets mais ce montant est variable selon les cas (grade, échelon, années d'expérience).
 
Il bénéficie d'un logement gratuit et perçoit des primes et indemnités selon les missions qui lui sont proposées.

Perspectives d'évolution de carrière pour le Gendarme du GIGN

 
Au fur et à mesure qu'il évolue et grimpe les échelons, le Gendarme du GIGN acquiert un meilleur salaire et de plus hautes responsabilités au sein de cette unité d'élite.
 
Toutefois, étant donné la sélection des plus hautes performances, il apparait logique que, passé un certain âge, ce type de métier ne soit plus très enviable, surtout si le physique commence à s'épuiser. Il existe donc des limites d'âge à partir desquels la reconversion est nécessaire. Ce sera par exemple :
 
  • 40 ans pour le Gendarme,
  • 44 ans pour le Maréchal des Logis, l'Adjudant et l'Adjudant-chef ;
  • 46 ans pour le Major
Cependant, pour ces membres d'un groupe d'intervention bénéficiant d'une telle réputation, la reconversion est amplement facilitée et s'ils envisagent un retour dans le civil, des postes de confiance et de sécurité privée s'offrent à eux et leur permettent d'évoluer dans des entreprises privées.
 
Mais tout membre du GIGN, souhaitant continuer à faire carrière dans la Gendarmerie Nationale pourra parfaitement être affecté au sein des unités traditionnelles de la Gendarmerie et continuer à monter en grade.
 
JE SOUHAITE DEVENIR GENDARME
Complétez le formulaire ci-dessous et obtenez gratuitement toutes les informations pour savoir comment accéder aux différents métiers de la gendarmerie.
* Informations obligatoires
Utilisation des données personnelles
En validant ce formulaire, vous acceptez que vos données personnelles soient utilisées par le GIE EDUNEO (responsable du traitement) et ses membres ou partenaires pour vous contacter par mail et/ou téléphone afin de vous transmettre des propositions commerciales sur les formations de votre choix. Pour en savoir plus sur la gestion de vos données personnelles et exercer vos droits, cunsultez cette page.